nous recevons et transmettons

Mercredi soir, le 25 avril, des milliers de personnes (jusqu’à 10 000 selon les flics) ont pris la rue à partir de la Place Émilie-Gamelin. Après 1 heure de manif les flics ont chargé au coin Peel et Sainte-Catherine en lançant des bombes assourdissantes et plusieurs noyaux se sont formés.

Pendant la soirée des vitrines de plusieurs banques et de commerces ont volé en éclats, des graffitis et de la peinture rouge partout et tout ce qui tombait sous la main se retrouvait dans la rue. Les flics ont bouffé des pierres durant des batailles de rue laissant plusieurs blessés dans leurs rangs. Ils sont visiblement fatigués et le doute commence à s’installer. Ils ont encore appelé la SQ en renfort.

Plusieurs voitures de flics et un bâtiment des Forces armées canadiennes vandalisés, le Poste de quartier 21 du SPVM a eu ses fenêtres pétés pendant que les flics à l’intérieur se chiait dessus et des balles de peinture pour Loto-Québec. Les médias de désinformation rapporte que des gens huaient les actions des «casseurs» mais ne rapportent pas qu’autant de personnes applaudissaient. Ils peuvent bien parler d’une «crise sociale», nous on appelle ça un soulèvement.

Selon les flics il y aurait eu un total de 85 arrestations sur les quelques 10 000 manifestants.

Comme il faut s’y attendre dans toutes les manifestations massives, des citoyens-flics et de dogmatiques pseudos-pacifistes ont hués et même attaqués des personnes cagoulées qui contre-attaquent le système oppresseur, ayant compris que pour transformer le monde qui nous entoure ça prend bien plus que de simples marches santé peu importe à quel point elles sont massives et pacifiques. Ceux qui n’ont aucun intérêt à ce que les choses changent réellement, les privilégiés de cette planète qui recueillent les bénéfices du monopole de la violence, défendent la logique de l’abuseur qui dit que la violence est toujours légitime lorsque c’est lui-même qui l’utilise. Les soi disant «pacifistes» dans leur dogmatisme hypocrite sont des collaborateurs de la violence qui est perpétré chaque jour partout sur le globe contre les pauvres, contre les femmes, contre les enfants, contre les autochtones et les gens de différentes couleurs, contre les animaux et la nature au complet, aux mains de l’ordre mondial raciste, patriarcal, colonial, mercantiliste, totalitaire et génocidaire. Quand on mentionne ces choses avec ces automates on se fait systématiquement reprocher de faire l’apologie de la violence… Est-ce que ces mêmes «pacifistes» sautent sur des flics quand ceux-ci lance des bombes, tirent du gaz et foncent avec leurs matraques sur des jeunes qui manifestent? Ou encore quand ils tuent des gens à coup de balle dans la rue ou dans le métro? Est-ce qu’ils attaquent des soldats qui reviennent d’une mission de bombardement dans un pays «lointain» parce que ceux qui ont le monopole de la violence veulent le pétrole qui s’y trouve? Non, jamais. Cette violence ils la rationalisent. Dans le summum de l’absurdité, ces pacifistes perpétuent la violence systématique de cette société de merde en attaquant celles et ceux qui, détruisant des symboles du pouvoir et attaquant ceux qui sont payé pour être violent, se mettent en danger et se révoltent de toutes les façon possibles en solidarité avec les opprimé-e-s de ce monde.

Pendant que les médias de désinformation ont le piton collé sur la dénonciation de la violence depuis le premier pet lâché dans la première manif étudiante de la grève, mobilisant toute leur machine à bouffer des cerveaux pour faire leur truc de manipuler, abrutir et diviser… que le gouvernement pensait pouvoir laisser la jeunesse pourrir et les regarder disparaître sous le poids d’une population vieille et résignée… que les flics pensaient n’avoir que quelques anecdotes de plus pour rire autour d’une bière des petits manifestants à qui ils ont foutu la trouille et cassé la gueule… ce mouvement continue de se radicaliser, de dépasser son identité étudiante cadré et réductrice et est en train de rompre le monopole de la violence appartenant au sociopathes d’en haut et leurs mercenaires. Parce que Freddy, Michel et Farshad se sont fait assassiner par les mêmes flics qui nous profilent socialement, racialement et politiquement, que notre famille, nos ami-e-s et nos amant-e-s se font déporter, qu’on se fait crisser dehors de tous les quartiers pendant que des condos en carton poussent partout pour le « vrai monde », que la jeunesse qui démontre sa conscience sociale se fait tabasser, poivrer, tirer des bombes à la tête et foutre en prison, que dans le Nitassinan les Innus et ce qui reste de vivant sur ce coin de la Terre dont nous dépendons se font passer sur le corps par une gang de parasites corrompus et leurs commanditaires, les mêmes salauds qui nous chient dessus chaque jour et qui trouvent ça drôle de nous regarder nous enfoncer de plus en plus dans leur merde… des raisons pour tout péter y’en a en masse!







related articles / articles relatifs / artículos relacionados:

  1. Chili: Communiqué du 5 avril par les camarades anarchistes en grève de la faim depuis la section maximale de sécurité
  2. caso bombas: Communiqué du 8 avril des camarades chilien en grève de la faim depuis la section de sécurité maximale
  3. Une journée de lutte à Montréal: Solidarité avec les innus, citoyens-flics, manif sauvage et la vengeance des porcs
  4. Des centaines d’affiches placées dans le métro de Montréal en réponse à l’assassinat de Farshad Mohammadi par la police
  5. Manifestation étudiante festive, la police de Montréal attaque (video)

One Response to “La révolution ne sera pas tranquille – sur l’émeute du 25 avril à Montréal”

Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

anticopyright
Ⓐ 2011 SABOTAGEMEDIA a customized Suffusion theme