depuis montréal médiacoop 1, 2

Intensifions la résistance : solidarité avec les Unist’ot’en!

27 novembre 2012, 10:00am
Banque Royale du Canada
1 Place Ville Marie (Coin University et René Levesque)


La semaine passée, dans un geste inspirant de résistance, les membres de la base du clan Unist’ot’en et d’autres Wet’suwet’en ont, une de fois de plus, évincé les pipelines de leurs territoires !

Les Unis’tot’en appellent maintenant à des actions de solidarité et de soutien pour réaffirmer leur position et amplifier la puissance de leur message à l’industrie et au gouvernement qu’aucun pipeline proposé ne sera construit sur leur territoire. Il y a un appel pour des actions immédiates mardi le 27 novembre pour s’assurer que les entreprises, les investisseurs et les gouvernements reçoivent le message clair qu’ils n’ont pas le droit ni la compétence judiciaire d’approuver le développement sur les terres Unist’ot’en.

Joignez-vous à des militantEs anti-coloniales/anti-coloniaux, pour la justice sociale et environnementale ainsi qu’à plusieurs communautés travers «le Canada» pour exprimer votre solidarité avec les Unis’tot’en.

Ce mardi 27 november à 10h00 à Montréal en face du Banque Royale du Canada- 1 Place Ville Marie (Coin University et René Levesque). Banque Royale du Canada est un des plus grands investisseurs d’Encana.

Appel à des actions de solidarité le mardi 27 novembre 2012

(Vous trouverez la version originale à http://unistotencamp.wordpress.com/2012/11/23/solidarity-actions/ )

La semaine passée, dans un geste inspirant de résistance, les membres de la base du clan Unist’ot’en et d’autres Wet’suwet’en ont, une de fois de plus, évincé les pipelines de leurs territoires !

Le 20 novembre, Toghestiy, chef héréditaire Wet’suwet’en, a intercepté les arpenteurs de la société Can-Am Geomatics qui travaillaient sur le projet de pipeline Pacific Trails (PTP) d’Apache et leur a remis une plume d’aigle. En droit Wet’suwet’en, une plume d’aigle est utilisée comme un premier et ultime avis d’entrée par effraction. Les arpenteurs ont reçu l’ordre de quitter le territoire et la route menant vers le territoire a été fermée à toutes les activités de l’industrie jusqu’à nouvel ordre. Les matériaux qui ont été laissés par l’équipe de travail ont été saisis jusqu’à ce que Apache et PTP se servent de voies de communication appropriées aux Unist’ot’en ​​ainsi qu’aux autres Wet’suwet’en et respectent le protocole de consentement préalable libre et éclairé (Free Prior and Informed Consent protocol) ainsi que les lois de leurs territoires non cédés. Les Unist’ot’en ​​sont contre tous les pipelines qui doivent traverser leurs territoires : qui comprennent l’Enbridge Northern Gateway, la partie nord du projet Kinder Morgan, Pembina et Spectra.

Les Unis’tot’en ​​appellent maintenant à des actions de solidarité et de soutien pour réaffirmer leur position et amplifier la puissance de leur message à l’industrie et au gouvernement qu’aucun pipeline proposé ne sera construit sur leur territoire. Il y a un appel pour des actions immédiates mardi le 27 novembre pour s’assurer que les entreprises, les investisseurs et les gouvernements reçoivent le message clair qu’ils n’ont pas le droit ni la compétence judiciaire d’approuver le développement sur les terres Unist’ot’en​​.

Voici comment vous pouvez vous impliquer pour le mardi 27 novembre:

1. Trouvez un bureau près de chez vous ; ça peut être un bureau d’entreprise ou un bureau du gouvernement. Voici quelques suggestions: Encana, Apache et/ou EOG qui sont partenaires dans le projet du Pacific Trails Pipeline ; la Banque Royale du Canada ou Jarislowsky Fraser Limitée, qui sont les plus grands investisseurs d’Encana ; ou les bureaux provinciaux ou fédéraux.

2. Toute action ou présence, de grande envergure ou de petite, dans ces bureaux seront la bienvenue. Faites passer le message qu’il n’y aura pas de pipelines sur les terres Unist’ot’en ​​et que ces pipelines sont nuisibles à la terre et à la communauté. Ces projets d’extraction sont basés sur un modèle fondamentalement destructeur colonial et capitaliste qui éloigne les bénéfices à venir de l’autodétermination des peuples autochtones et de leur intendance, détruit et exploite la terre ainsi que les écosystèmes et ne tient pas compte de la sécurité et de la santé des communautés, y compris de celles et ceux qui ont à travailler dans les emplois toxiques de ces industries.

3. S’il-vous-plaît, prenez des photos et des vidéos de votre action.

4. Nous avons des tracts et de l’information pour les médias disponibles que vous pouvez télécharger et utiliser.

5. Passez le mot. Partagez ce lien web et cet événement FB. En outre, aimez la page FB pour recevoir les mises à jour en cours

Si vous pouvez organiser une action, s’il-vous-plaît laissez-nous le savoir avant le dimanche 25 novembre afin que nous puissions l’annoncer (ou faites une action surprise!). Si vous voulez vous coordonner, s’il-vous-plaît communiquez par courriel avec Harsha à harsha@resist.ca, Toghestiy à toghestiy@gmail.com, et Julien au sesame[a]riseup.net.

Le «Raising Resistance» est un appel à l’action émis par les Unist’ot’en ​​et d’autres Wet’suwet’en qui luttent sur le terrain et est supporté par Algonquins of Barriere Lake, Anishinabek Oshkimaadiziig Unity Camp, Asubpeeschoseewagong (Grassy Narrows) Land Defenders, Boreal Forest Network, Canadian Union of Public Employees Local 3903 First Nations Solidarity Working Group, Climate Justice Research/Action (Science for Peace), Council of Canadians, Deep Green Resistance, Indigenous Environmental Network, Indigenous Network on Economies and Trade, Independent Jewish Voices-Toronto, Indigenous Action Movement, Indigenous Peoples Solidarity Movement-Ottawa, Indigenous People’s Solidarity Movement-Winnipeg, Indigenous Reoccupation of Ancestral Lands-Ahousaht Sovereign Territory, Indigenous Sovereignty and Solidarity Network-Toronto, International League of People’s Struggles-Canada, Leadnow, Mining Justice Alliance, Native Youth Movement, No One Is Illegal-Toronto, No One Is Illegal-Vancouver Coast Salish Territories, Rising Tide-Vancouver Coast Salish Territories, Rising Tide-Toronto, ShitHarperDid, Sierra Club-Prairie Chapter, Streams of Justice, Submedia.tv, Tadamon, Toronto Bolivia Solidarity, Truth Fool, Turning the Tide Bookstore, Vancouver Island Community Forest Action, Collectif de solidarité anti-coloniale («Montréal»), Média Recherche Action… S’il-vous-plaît écrivez-nous si vous désirez ajouter votre nom à la liste des supporteurs/supporteuses.

Liens :

Le site web en anglais de la communauté Unist’ot’en incluant des communiqués de presse et des vidéos à propos des derniers événements

http://unistotencamp.wordpress.com

Un vidéo en anglais expliquant la lutte de la communauté peut être trouvé à http://stoptheflows.tumblr.com/

Pour faire don de provisions et de matériel d’hiver au camp d’action Unist’ot’en

http://forestaction.wikidot.com/caravan

Vidéo et projet Fractured Land (en anglais)

http://www.fracturedland.com

Un warrior autochtone moderne. Une industrie Goliath. Une terre fracturée.

Ce qu’All Caleb Behn voulait était d’apprendre aux jeunes à chasser sur les terres traditionnelles de son peuple.

Maintenant, il est impliqué dans une lutte globale contre les industries multi-milliardaires du pétrole et du gaz et les intérêts du gouvernement qui les protège

Ce vidéo et ce projet portent sur l’histoire de ce jeune warrior Dene du nord-est de la Colombie-Britannique luttant contre l’extraction de pétrole et de gaz pour protéger sa terre et son peuple contre les ravages du néocolonialisme – apprenant à accepter le rôle pour lequel il est né en tant qu’un des leaders de la nouvelle génération.

Vous pourrez trouver aussi des infos en français à http://kkkanada.anarkhia.org/?cat=18

DOCUMENT D’INFORMATION:

Qu’est-ce que Pacific Trails Pipeline?

Parmi les nombreux projets de pipelines proposés qui veulent traverser les terres Unist’ot’en​, le Pacific Trails Pipeline (PTP) est le premier qui est prévu d’être construit et il pose des menaces immédiates. PTP est un partenariat d’un milliard de dollars entre Apache Canada, Encana Corporation et EOG Resources (pétrole et gaz Enron). Le pipeline de 463-kilomètre serait connecté au terminal de gaz naturel liquéfié de Kitimat à Summit Lake, près de Prince George, dans le nord Colombie-Britannique, dans le but de transporter jusqu’à 1 million de pieds cubes de gaz naturel par jour, extraits par fracturation hydraulique des gaz de schiste (fracturation), aux marchés internationaux par le biais de supertankers. Le gouvernement de la C.-B. a approuvé l’expansion des capacités de transport de l’oléoduc en avril 2012.

Quel est le problème avec la fracturation?

Alors que l’industrie vend la fracturation comme un «combustible vert de transition», l’écologiste spécialiste Robert Howarth de l’Université Cornell le dit clairement: «le gaz de schiste est pire que le gaz conventionnel et, en fait, pire que le charbon et le pétrole.” Un certain nombre de médecins, y compris le médecin-chef du U.S. National Center for Environmental Health et le Collège des médecins de famille du Nouveau-Brunswick, ont appelé à un moratoire sur la fracturation. Un certain nombre d’États, dont la France, le Québec et la municipalité de New York, ont actuellement un moratoire sur la fracturation. L’année dernière, trois femmes Kainai de la tribu des Blood dans le sud de l’Alberta ont été arrêtées pour avoir empêché une colonne de camions de quitter le site d’un puits de la compagnie Murphy Oil jurant qu’elles n’allaient pas bouger jusqu’à ce que les plans de fracturation soient arrêtés.

Qu’en disent les Unist’ot’en ?

Le clan Unist’ot’en ​​de la nation Wet’suwet’en a fait entendre son opposition au PTP. Les membres du clan ont construit une cabane en bois rond et un camp de protection sur son passage. Plus récemment, le 20 novembre 2012, le chef héréditaire Toghestiy de la nation Wet’suwet’en a intercepté des arpenteurs et leur a remis une plume d’aigle. En droit Wet’suwet’en, une plume d’aigle est utilisée comme un premier et ultime avis d’entrée par effraction. Les arpenteurs et toutes les autres personnes associées à PTP ont reçu l’ordre de quitter le territoire et on leur a dit qu’ils ne seraient pas admis en territoire Unist’ot’en. La route a été fermée à toutes les activités de l’industrie jusqu’à nouvel ordre. Le 23 Août 2010, Toghestiy et Hagwilakw du clan Likhts’amisyu avaient donné des avis d’entrée par effraction aux représentantEs d’Enbridge lors d’une réunion du conseil municipal de la ville de Smithers à laquelle Enbridge a essayé d’assister pour tenter de réduire les impacts sur sa réputation des déversements de pétrole dans la rivière Kalamazoo. En novembre 2011, érigeant un barrage routier avec des pancartes affichant ”Road Closed to Pacific Trails Pipeline Drillers” (routes barrées aux foreurs du Pacific Trails Pipeline), les clans Unist’ot’en ​​et Likhts’amisyu de la nation Wet’suwet’en avaient escorté les foreurs du PTP ainsi que leurs équipements et les avaient conduits hors de leur territoire.

Freda Huson, porte-parole du clan Unist’ot’en, déclare: «Pacific Trails Pipeline n’a pas la permission d’être sur notre territoire. Notre territoire est non cédé. Nous avons dit NON ! lors de leurs réunions. Nous leur avons écrit des lettres et je leur ai envoyé des courriels en disant absolument NON! à leurs projets. Comme proposé, le tracé du pipeline Pacific Trail traverserait deux principaux canaux où les saumons, qui fournissent notre alimentation de base, fraient.

Nous avons fait entendre un message clair à Enbridge, à Pacific Trails Pipeline et à l’industrie en général : Nous ne permettrons à aucun pipeline de traverser notre territoire».

Toghestiy, chef héréditaire Likhts’amisyu, déclare similairement que “les Unist’ot’en ainsi que d’autres Wet’suwet’en de la base ont toujours déclaré qu’elles/ils ne permettraient pas à un pipeline de traverser leur territoire.”

Les Wet’suwet’en sont constitués de cinq clans avec des territoires qu’ils sont censés gérer pour les générations futures. Ni les Unist’ot’en ni les autres Wet’suwet’en sont associés avec le Bureau des Wet’suwet’en (Office of the Wet’suwet’en). Le clan Unist’ot’en ​​est contre tous les pipelines, comprenant l’Enbridge Northern Gateway, la partie nord du Kinder Morgan, le Pacific Trails, le Pembina, le Spectra et les autres. Le pipeline d’Enbridge serait construit à côté de l’autre, avec essentiellement la même emprise que Pacific Trails, ce qui fait craindre que ce pipeline pourrait «frayer un chemin» pour le projet Enbridge.

Qu’est-ce que le Corridor du carbone (Carbon Corridor) ?

Le Pacific Trails Pipeline tout comme le pipeline Northern Gateway d’Enbridge et le pipeline Kinder Morgan Trans Mountain font partie d’une stratégie plus large de développement énergétique. Tout comme l’Alberta, le gouvernement de la Colombie-Britannique vise à être une « puissance énergétique domestique » en exploitant certains des plus grands gisements de gaz de schiste en Amérique du Nord et en utilisant des pipelines pour déplacer le gaz de schiste issu de la fracturation hydraulique sur le marché international plus lucratif. Selon le Centre canadien de politiques alternatives, une grande partie de la production de gaz de schiste en Colombie-Britannique est actuellement destinée à l’Alberta, où il est utilisé comme combustible dans les sables bitumineux.

Ces projets arrivent en même temps que le pipeline Keystone XL jusqu’à la Côte du Golfe des États-Unis et le projet d’Enbridge de renversement de la Ligne 9 pour ouvrir l’Ontario et le Québec ainsi que les marchés américains mettent de l’avant les intérêts capitalistes à court terme des entreprises et le développement colonial des ressources extractives au détriment de l’autodétermination des Autochtones ainsi que de leur intendance, exploitant et détruisant les terres et les écosystèmes, et au mépris de la sécurité et de la santé des communautés, y compris de celles et ceux qui ont à travailler dans les emplois dangereux pour leur santé de ces industries.


related articles / articles relatifs / artículos relacionados:

  1. Montréal: Manif de solidarité avec les détenu.es et contre la répression politique et policière, pour un monde sans patrons, ni flics, ni prisons
  2. Manif contre la répression – En solidarité avec les arrêté-es de la grève
  3. Montréal: Manifs en solidarité avec les prisonniers de Pelican Bay et avec les prisonniers partout
  4. Résistons contre l’agenda Atleo-Harper: 4 jours d’action à l’automne 2011
  5. Chapel Hill, U$A: Manif contre la violence policière et appel à la solidarité avec les arrêtéEs lors de l’occupation d’un bâtiment abandonné

Sorry, the comment form is closed at this time.

anticopyright
Ⓐ 2011 SABOTAGEMEDIA a customized Suffusion theme