nous recevons et transmettons

Durant plusieurs mois de lutte, il y a eu au delà de 2000 arrestations. Aujourd’hui, plus de 500 personnes font face à desaccusations criminelles. C’est en solidarité avec nos camarades arrêté.es et en réponse à la répression continuelle de nos luttes que le vendredi 26 octobre, environs 150 manifestant.es se sont réunis devant le carré st-louis. Les flics du SPVM se sont attroupés en face du parc, tentant ainsi d’instaurer un climat de peur et de panique. Ces salauds ont rapidement déclaré le rassemblement illégal. Malgré cela, les manifestant.es ont pris la rue vers 19h. Avant de commencer à marcher, un discours enflammé a été prononcé expliquant les motifs de la manifestation:

« Après six mois de grève, de bataille, d’émeutes, de solidarité, (et) de palais de justice, la pacification a prit le dessus. Ce soir, c’est le temps de démentir cette pensée. Nous ne pouvons rester calme lorsque plus de 500 personnes font face à des charges criminelles. Ces 500 personnes qui ont vécu la rue avec nous (qui ont été dans la rue avec nous). Ces camarades qui se sont fait arrêter parce que nous, nous sommes encore ici. Tous ces flics qui nous ont tapé, arrêté et qui ont toujours trouvé une nouvelle raison pour nous accuser. C’est à cause de ces sales porcs que nos camarades risquent la prison et vivent dans des conditions ou la peur gère leur vie. À l’intérieur des murs ou à l’extérieur, nous sommes toutes et tous prisonnières et prisonniers d’un système qui nous empêche de vivre. La paix sociale, c’est l’aliénation totale, les bourreaux de cette société gèrent nos vies, isolent nos camarades et il faudrait rester calme et accepter. Mais il n’y a rien à accepter de ce système pourri. 3 personnes durant les derniers six mois ont été en exile de l’ile de Montréal. Le dernier est encore banni de l’ile. Six mois à regarder ce qui se passait sans pouvoir y participer. Six mois d’isolement. Ne laissons pas la répression étatique devancer notre solidarité. La lutte n’est rien si elle oublie ces prisonnières et prisonniers. Ce soir, rendons hommages à tous nos camarades qui ne peuvent être présent.es. Recréons cet espace de solidarité, ne laissons pas les sales porcs nous disperser encore. Battons-nous jusqu’à la fin. Il ne faut pas leur donner raison et surtout, il ne faut pas qu’ils nous prennent un autre de nos camarades. C’est ensemble que nous allons marcher et ensemble que nous allons résister. Une manifestation ne dure qu’une soirée, la lutte dure toute une vie. Les camarades qui sont disparus sous une pile de conditions font partie de cette lutte. Ils et elles ne sont pas des victimes mais des camarades. Il est temps de les retrouver et de passer à l’action. Ici, ce soir et tous les jours de notre vie. »

Le départ a ensuite été lancé dans une ambiance agitée avec des slogans tels que « Solidarité avec les arrêté.es », « Les prisons en feu, les screws au milieu » et « La lutte n’est rien si elle oublie ses prisonnier.es ». Sur les bannières, on pouvait lire « Grève étudiant! Lutte populaire! – Solidarité avec tous ceux qui font face à la répression pour avoir participé à la lutte » et « Solidarity with the smoke bombers – ‘Terrorists’ are the pigs who try to club the struggle into submission! – Not one step back in the face of repression ». Plusieurs manifestant.es étaient vêtu.es de noir. Le message de solidarité par l’acte était bien clair pour les passants; une solidarité qui permet de prendre acte collectivement. Tout au long de la manifestation, des affiches anti-répression ont été collées aux murs du centre-ville. De la sorte, nous nous sommes approprié l’espace public qui trop souvent est accaparé par les médias de masse. Bien que la manifestation était suivie par des flics à vélo et des voitures du SPVM, l’anti-émeute n’a pas été déployé. Environs 45 minutes après le départ, la manifestation s’est dispersée au carré Phillips près du métro
McGill. Il n’y eu aucune arrestation.

Cette manifestation a témoigné de notre solidarité avec nos camarades judiciarisé.es et ayant de lourdes conditions de remise en liberté. Les tribunaux de l’État sabotent nos luttes, nous isolent et sèment la peur. C’est par la force et la passion qui nous habite que nous répondons. Nous n’avons rien à espérer de leur justice. La lutte continue, sans concessions.




related articles / articles relatifs / artículos relacionados:

  1. Montréal: compte rendu du 22 mai
  2. Un compte rendu du 1er mai anticapitaliste 2012 à Montréal (+ photos et vidéos)
  3. Manif contre la répression – En solidarité avec les arrêté-es de la grève
  4. France: Rendu du procès antiterroriste contre 6 camarades
  5. Montréal: Manif de solidarité avec les détenu.es et contre la répression politique et policière, pour un monde sans patrons, ni flics, ni prisons

Leave a Reply

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

anticopyright
Ⓐ 2011 SABOTAGEMEDIA a customized Suffusion theme