we receive and transmit

From the ZAD to Val Susa !
From Hambacher Forst to Square Taksim ?
Why not in your place ?
Continue reading »

Continue reading »

repris de CNA México
traduit de l’espagnol par sabotagemedia

edit 3/2/14: revu et corrigé

Un gros câlin à tou.te.s les compagnon.ne.s !

J’ai été très heureux d’apprendre les gestes de soutien de l’extérieur envers nous trois prisonniers.ères anarchistes. Nous restons fermes et fort.e.s malgré les accusations ridicules portées contre nous et les commentaires intimidant ( ici, ils nous disent que nous passerons beaucoup de temps en prison ) qui cherchent à éteindre notre identité. Ils ne réussissent pas, parce que nous sommes solides et de conviction.
Continue reading »

from CNA México
translated from Spanish by sabotagemedia

edit 3/2/14: revised and corrected

A big hug to all comrades!

I was very pleased to learn of the gestures of support from outside towards us three anarchist prisoners. We remain firm and strong despite the silly accusations made against us, and intimidating comments (here, they tell us that we’ll spend much time in prison) wanting to break our identity. They aren’t successful, because we are strong and have conviction.
Continue reading »

repris de anarchistnews
traduit de l’anglais par sabotagemedia

Le 9 Janvier, nous avons répondu à un appel à la solidarité avec les camarades anarchistes volés à Mexico, Fallon Poisson, Amélie Pelletier et Carlos López Mart. Nous nous sommes glissés jusqu’à une banque HSBC sur East Hastings, en territoire occupé de la Côte Salish (Vancouver, CB), et allumé un engin incendiaire à l’emplacement du guichet automatique causant une énorme boule de feu. HSBC est un symbole du capitalisme, de l’oppression et de la domination. C’est donc une cible parfaite pour notre rage.

Cela vient aussi à un moment où le ministre de la Justice du Canada, Peter Mackay, met en garde les militants à ne pas commettre des actions illégales envers les pipelines. Mackay tu peux te l’enfoncer dans le cul ton avertissement. Les rêves de l’État et des entreprises d’une extraction massive des ressources vont flamber par la révolte dans la rue et le sabotage et la destruction dans la nuit. Le besoin de liberté, d’anarchie et de libération détruira Cet État colonial. Nos actions de sabotage sont incontrôlables, stratégique et réussie. Cette attaque sur HSBC n’est que le début de la volonté et de sabotage qui sera et est en cours. Nous sommes aussi en solidarité avec les warriors Miq’maq et les autres manifestants qui font encore face aux accusations et à l’harcèlement des porcs de la GRC et de l’État canadien pour les manifestations contre le gaz de schiste à Elsipogtog.

SOLIDARITÉ AVEC LES CAMARADES QUI FONT FACE À L’EMPRISONNEMENT À MEXICO !
SOLIDARITÉ AVEC TOU.TES LES DEFENSEUR.ES DES TERRES ET CAMARADES ANARCHISTES !
SABOTONS LES SYSTÈMES DE CONTRÔLE SOCIAL, DE DOMINATION, DE PATRIARCHAT ET D’OPPRESSION !
VIVE L’ANARCHIE !

from anarchistnews

On the 9th of January, we answered a call for solidarity with stolen anarchist comrades in Mexico City, Fallon Poisson, Amelie Pelletier and Carlos López Mart. We crept up to a HSBC bank on East Hastings, in occupied Coast Salish Territory (Vancouver, BC), and lit an incendiary device in the ATM area causing a massive fire ball. HSBC is a symbol of capitalism, oppression and domination. So it’s a perfect target for our rage.

This also comes in a time where Canada’s justice minister Peter Mackay is warning activists to not commit illegal actions toward stopping the pipelines. Mackay you can shove your warnings up your fucking ass. The state’s and corporations dreams of massive resource extraction will go up in flames of revolt from the streets to late night sabotage and destruction. The need for freedom, anarchy and liberation will destroy this colonial state. Our acts of sabotage are uncontrollable, strategic and successful. This attack on HSBC is only the beginning of sabotage the will and is occurring. We are also in solidarity with Miq’maq warriors and other protesters still facing charges and harassment by the RCMP pigs and the Canadian state from anti-fracking protests in Elsipogtog.

SOLIDARITY WITH COMRADES FACING IMPRISONMENT IN MEXICO CITY!
SOLIDARITY WITH ALL LAND DEFENDERS AND ANARCHIST COMRADES!
SABOTAGE THE SYSTEMS OF SOCIAL CONTROL, DOMINATION, PATRIARCHY AND OPPRESSION!
LONG LIVE ANARCHY!

repris de fuego a las carceles I, II, II
traduit de l’espagnol par sabotagemedia

Jusqu’à présent, un appel du compagnon Carlos a été reçu informant de la décision du procureur général d’imposer un arraigo* de 40 jours aux trois. Nous savons qu’il s’agit d’une mesure désespérée de la PRG** pour retenir les compagnon.nes et chercher plus d’éléments pour leur condamnation, mais il est également clair qu’ils veulent poursuivre l’interrogatoire, leur faire signer des déclaration compromettante, les torturer, pour obtenir des informations et impliquer à d’autre compagnon.nes. C’est aussi un moyen de convaincre les familles et ami.es d’abandonner la défense juridique, parce que ca conviendrait au gouvernement d’avoir un avocat d’ordre commun pour les baiser à la place d’une défense juridique et politique. Le PGR n’a pas d’éléments, mais en sont à la recherche.
Continue reading »

from fuego a las carceles
update translated from Spanish by sabotagemedia

So far we’ve received a call from our comrade Carlos informing us of the PGR’s decision to impose a 40 day arraigo* to the three. We understand that this is a desperate measure from the PGR* to retain the comrades so they can search for more elements for their conviction. But it is also clear that they want to continue interrogating them, make them sign statements of involvement, torture them, for information and to involve more comrades. Otherwise it is also the way to persuade family to abandon the legal defense of the comrades, because the government’s interest to have a official or common lawyer so they can screw them instead of a legal and political defense. The PGR doesn’t have those elements but are looking for them.
Continue reading »

repris de Camotazo

Le sang de nos frères a de nouveau coulé

La nuit tombe sur la ville de Santiago et ma cellule est illuminée par l’écran de la télé. Je me penche à la fenêtre qui donne sur la ville et j’essaie de regarder entre les barreaux vers Pudahuel. L’usine à opinion publique a diffusé au journal de ce soir le visage de nos compagnons arrêtés après un soi disant braquage raté dans une succursale bancaire. Les images ont montré le corps inerte de notre frère et d’un misérable général carabinier félicitant le garde qui a tué Sebastian Oversluij.
Continue reading »

repris de Camotazo

Nous sommes de nouveau là, avec ces murs de béton et ces barreaux, entre caméras et matons. Nous sommes de nouveau là, sans baisser la tête et fier-e-s de ce que nous sommes. Fier-e-s de faire partie de la tempête imprévisible qui cherche à mettre un terme à toute lueur de Pouvoir qui jette le masque une fois de plus et se laisse voir tel qu’il est, dans sa brutalité et aussi, disons-le, dans sa faiblesse. Dans ce cas particulier, la collaboration entre l’État chilien et espagnol, pour réussir à nous enfermer, prouve à quel point ils peuvent être coordonnés pour faire face à ce qu’ils perçoivent comme une menace. Mais l’importance que nous attribuent ces messieurs du Pouvoir nous montre autre chose que sa fragilité. Leurs discours de sécurité incohérents sont le voile qui couvre la peur de savoir qu’un concours de circonstances peut déchaîner la pagaille générale. Leurs coups et bâillons ne font que nous convaincre d’affûter nos idées et nos vies pour être prêts pour l’affrontement permanent.

Nous saluons d’une grande accolade toutes les expressions de soutien, c’est une poussée qui fragilise les barreaux. Nous comprenons la solidarité comme la mise en pratique constante de nos idée anarchistes, sous toutes ses formes, qui font comprendre à l’ennemi que rien ne s’arrête ici, que tout continue dans la prison ou la rue. Où que l’on soit : pas une minute de silence et toute une vie de combat. Tout particulièrement l’énorme preuve de solidarité de compagnons qui ont utilisé leurs corps comme arme en menant une grève de la faim.

Nous saluons ceux/celles qui continuent de tisser des complicités, ceux/celles qui s’aventurent dans l’inconnu, ceux/celles qui sont motivés par l’incertitude, ceux/celles qui s’entêtent pour l’anarchie. À eux/elles tous, notre respect et affection.

Nous avons reçu avec beaucoup de tristesse la nouvelle de la mort de Sebastián, mais en même temps sa vie cohérente avec ses idées nous remplie de joie : un véritable guerrier. Nous aimerions être avec les compagnon-ne-s qui le pleurent, mais ce n’est que d’ici que nous vous envoyons beaucoup de force et un ” on se verra bientôt”.

Mónica Caballero
Francisco Solar

from Contra Info

Here we are again, surrounded by these concrete walls and bars, among cameras and jailers. Here we are again, without bowing our heads, and proud of what we are. Proud to be part of the unpredictable gale that seeks to do away with any hint of Power, whose mask is once again removed and can be seen as what it really is, in its brutality and, why not, in its debility, too. In this particular case the collaboration between the Chilean State and the Spanish one in order to achieve our incarceration, shows how they can be coordinated to deal with what they perceive as a threat, but the importance that these gentlemen of Power have attached to us does not reflect anything other than their fragility. Their inconsistent discourses of security are just the mantle which hides their fear of knowing that a happenstance could trigger widespread disorder. Their blows and gags do nothing but give us strength to sharpen our ideas and our lives and qualify ourselves to be in permanent confrontation.

With a strong hug, we salute all expressions of support; they are a thrust that weakens the prison bars. We understand solidarity as in constantly putting our anarchist ideas into practice, in all of their forms, which make the enemy understand that nothing ends here, that everything continues in prison or on the street. From wherever we may be: not a minute of silence, and a life of combat. We particularly greet the immense display of solidarity from comrades who have used their own body as a weapon carrying out a hunger strike [reference to Marcelo Villarroel, Freddy Fuentevilla, Juan Aliste, Hans Niemeyer and Carlos Gutiérrez Quiduleo, prisoners in Chile, who went on symbolic hunger strike during the international solidarity week].

We salute those who continue to weave complicities, those who venture into the unknown, those who are motivated by uncertainty, those who insist for anarchy. Our respect and affection goes out to them.

We received with great sadness news of the death of Sebastián, yet at the same we are filled with joy, knowing that his life was consistent with his ideals: a full warrior. We’d love to be with the comrades who mourn our fallen, but we can only send a lot of strength and a “we’ll be seeing you soon” from here.

Mónica Caballero
Francisco Solar

repris d’Antidev

Sous le ciel de Bordeaux

Il existe plusieurs règles en prison. Elles se résument la plupart du temps à une question de respect – valeur sacrée entre toutes ici chez les prisonniers. La plus nébuleuse d’entre elles est sans doute l’interdiction formelle de siffler. D’ailleurs, un avertissement suffit à vous couper le sifflet. Les raisons à cette censure diffère à chaque prison : tandis qu’à Maplehurst, en Ontario, on nous expliquais que seuls les êtres libres que sont les oiseaux peuvent laisser entendre leurs chants jusqu’au delà des murs barbelés, à Bordeaux il s’agit plutôt d’un hommage silencieux aux pendus d’autrefois qui ponctuaient de leurs sifflements leurs dernières marches vers l’échafaud qui trône encore dans l’enceinte.
Continue reading »

from Contra Info

To all the ungovernable in the world
To all solidarity organizations
To free media
To the people in general

I have maintained a hunger strike for 51 days, and first I want to thank all those who have shown solidarity in various different ways with the struggle for my freedom. Today, from my isolated room in the Tepepan hospital, I can listen to them shouting slogans for my freedom. Their presence is feeding me and filling me with strength.

On the 26th of November, the judge re-suspended my hearing; it’s obvious that she does not care about my health, and only wants to keep me locked up (although she has no evidence to do so) and let me die here, but that will not be so easy, because all our efforts cannot pass unnoticed, and whether they like it or not, sooner or later we will achieve my release.

The poor minds of officials and politicians cannot even believe that we give our lives for a dream; they think they’re gods supported by their law that restrains our freedom; they want to punish the incorruptible, the incorrigible who will never accept their game, or their rules, or their crumbs.

I am confident that we will soon see each other on the streets; I know I’ll get out of here.

“The revolt continues; there is no turning back from this path!”

Mario González
November 28th, 2013

from 325

November 14th, 2013

Another issue of the international anti-prisons anarchist newsletter. Download and distribute as you like…

Dark Nights #38

Contents:
Continue reading »

traduction de l’anglais reprise d’ Antidev

Tôt en cette matinée du mercredi 6 novembre, une succursale de la Banque Royale du Canada (RBC) a eu deux de ses guichets automatiques et quatre de ces vitrines cassés. Ce fut une cible facile, car c’était loin sur East Hastings, à Burnaby (banlieue de Vancouver). La RBC a été attaquée parce qu’ils financent le projet le plus destructeur sur Terre; les sables bitumineux de l’Alberta.
Continue reading »

anticopyright
Ⓐ 2011 SABOTAGEMEDIA a customized Suffusion theme