We heard through the media that on the night of November 26 to 27, yuppie businesses in Hochelaga were once again attacked.

The restaurant Le Chasseur and the Le Valois, In Vivo and Bagatelle bistros windows were smashed and graffiti was painted.

Here is a leaflet left behind, taken from media and which we’ve translated from french:
Continue reading »

Nous avons eu vent par les médias que dans la nuit du 26 au 27 novembre, des attaques on eu lieu contre des commerces dans le quartier Hochelaga.

Les vitrines du restaurant Le Chasseur, les bistros Le Valois, In Vivo et Bagatelle ont été fracassées et des graffitis ont été peint.

Voici un tract laissé sur place, repris des médias:
Continue reading »

depuis anarchistnews

Dans la nuit du 5 septembre, nous avons brisé la fenêtre du bureau de Carole Poirier, député du Partie Québécois dans Hochelaga-Maisonneuve. À l’aide d’un instincteur rempli de peinture (celle-ci a été projetée au travers de la vitre brisée), l’intérieur du bureau de Carole en a été complètement enduit. Mur, tapis, ordinateur, tout. Sur le mur à l’extérieur a été inscrit « FUCK LA PROPRIÉTÉ PRIVÉE – GRÈVE DES LOYERS ». L’action a été faite en solidarité avec les évincéEs des lofts Moreau et envoit chier les éluEs qui travaillent touTEs main dans la main avec les propriétaires pour rendre le quartier aseptisé et sécuritaire.

from anarchistnews

Over the night of September 5, we broke the window of the office of Carole Poirier, Partie Québécois representative in Hochelaga-Maisonneuve. With an extinguisher filled with paint (sprayed into the broken window) the interior of Carole’s office was completely covered. Walls, carpet, computers, everything. On the outside wall, “FUCK LA PROPRIÉTÉ PRIVÉE – GRÈVE DES LOYERS” was written. This action was done in solidarity with those being evicted from the Moreau lofts, and as a fuck you to politicians who all work hand in hand with landlords to render the neighbourhood sterilized and policed.

sabotagemedia reçoit et transmet

Lundi le 9 septembre à 18h
Métro Préfontaine

Vendredi matin 6 septembre, les personnes qui occupaient le terrain adjacent aux lofts Moreau ont été expulsé.es par la police de Montréal, répondant ainsi à la demande du propriétaire. Ce terrain, appartenant au même propriétaire que les lofts, était squatté pour dénoncer l’expulsion de la centaine d’habitant.es du 2019 Moreau : expulsion ordonnée par la ville après que des inspecteurs en sécurité aient jugé que le bâtiment était dangereux pour ses occupant-es.

Ça fait juste 20 ans que le bâtiment est pas sécuritaire et que le proprio laisse la situation se détériorer. Mais maintenant que le quartier est devenu in et que y’a pus juste des pauvres qui y vivent, la situation a changé. C’est pourquoi le propriétaire a annoncé que, suite a l’expulsion des locataires, il avait l’intention de rénover les lofts et de les remettre en location à des prix exorbitants. Le maire d’arrondissement, dont l’administration a laissé depuis 20 ans se dégrader la condition des lofts au prix de la sécurité des résident.es, a salué le projet de rénovation du propriétaire stipulant qu’il s’inscrivait dans une saine politique de mixité social.

Les proprios, les élus et les flics travaillent ensemble pour « nettoyer » le quartier et chasser les indésirables, pour que HoMa plaise a ses nouveaux résidents. Mais ont se laissera pas faire. Il est temps de montrer que Hochelaga emmerde la mixité sociale, qui de toute façon ne profite qu’a ceux qui ont du cash. Si les proprios sont pas capables d’entretenir nos loyers, ben on a pas besoin d’eux!

Vers la grève des loyers.
Reprenons Hochelaga!

sabotagemedia receives and transmits

Monday September 9th, at 6 pm
Metro Prefontaine

On the morning of Friday, Sept 6th, the people occupying the lot next to the Moreau lofts were evicted by the Montreal police, acting on the landlord`s request. The lot, also belonging to the same landlord, was squatted to denounce the eviction of the hundred or so people living in the lofts of 2019 Moreau street. The city had ordered the eviction after safety inspectors judged the building to be dangerous for its occupants.

The building has been unsafe for twenty years while the landlord has allowed the situation to deteriorate. But now that the neighborhood is becoming hip and its no longer just poor people living in it, the situation has changed. That`s why the landlord announced that, after the eviction of the renters, he had the intention to renovate the lofts and to put them up for rent, but this time much more expensive. The mayor of the burrow, whose administration had also allowed the lofts to degrade for years at the expense of the safety of the renters, is also in favour of the renovation projects, stipulating that it is part of a plan for developping a healthy “social mix” (ie. bringing in the yuppies).

The landlords, the politicians, and the cops work together to “clean” the neighbourhood and to chase out the undesirables, so that HoMa pleases the new residents. But we won`t let it be. Its time to show that Hochelaga doesn`t give a fuck about the “social mix”, which only benefits those with cash. If the landlord`s aren`t even capable of fixing up housing, well, we don`t need them anyways!

Towards the social strike.
Lets retake Hochelaga!

traduction reçue par email

Le harcèlement et l’intimidation policière des résident-e-s de George Street s’intensifient.
La bataille autour de Seaton House et de la gentrification reprend de plus belle.

Par : quelques résident-e-s de George Street

Nous écrivons ce communiqué en tant que résident-e-s du 311 George Street, une maison collective située dans l’est du centre-ville de Toronto. Au fil des nombreuses dernières années où nous avons vécu ici, nous avons été témoins du harcèlement policier répandu à l’encontre de la population itinérante de l’endroit et nous avons eu un certain nombre d’altercations mineures avec des agents de police particulièrement détestables de la Division 51. Au courant du dernier mois (Ndt : juillet 2013), nous avons remarqué un niveau accru de surveillance et de tactiques d’intimidation policière nous visant, ainsi que d’autres habitant-e-s de la rue.
Continue reading »

From the media we learned that the Zone HoMa mascot – a yuppie cultural event part of the Hochelaga neighborhood gentrification – was vandalized with red paint and “culture de bourge” [bourgeois culture] was also inscribed on it.

Depuis les médias nous avons appris que la mascotte de Zone HoMa – un événement culturel yuppie qui s’inscrit dans la gentrification du quartier Hochelaga – a été vandalisée avec de la peinture rouge et “culture de bourge” y a aussi été inscrit.

Aug 142013

sabotagemedia receives and transmits

Creative Destruction #1

“The passion for destruction
is a creative passion, too!”
-Mikhail Bakunin

The condos, specialty boutiques, and silver spoon bohemians invading our neighborhoods aren’t some neutral, benign process of inevitable “growth.” Gentrification is driven by wealthy developers, investors, and professional politicians, in the interest of power and profit. For poor and working class people, this process means skyrocketing rents, abusive landlords, more cops, overpriced yuppie shops, cuts to services, and the displacement of long established working class residents and shops. These are the local manifestations of advanced capitalism. And these greedy fuckers don’t speak the language of polite lobbying or moral persuasion.
Continue reading »

sabotagemedia reçoit et transmet

Le printemps… ses sons et le vue des lilas en fleurs, les étourneaux apprenent à leurs petits à voler et les bureaux de vente de condo fraîchement tagués…il est le temps pour le 6e Edition Annuelle des Jeux Anti-Gentrification de Montréal!
Continue reading »

sabotagemedia receives and transmits

Spring… the sounds and sights of lilacs blooming, starlings teaching their young to fly, and freshly tagged condo presentation centre…time for Montreal’s 6th Annual Anti-Gentrification Games!
Continue reading »

depuis anarchistnews
traduit de l’anglais par sabotagemedia

Pendant la nuit, un autre coup a été frappé contre la guerre sociale en cours contre les pauvres dans la ville de Toronto. Le présentoir d’une nouvelle boutique de loft en plein cœur du centre-ville a eu ses fenêtres brisées, l’affichage et une cuisine de démonstration ont reçus des bombes de peintures en tant qu’un autre petit geste de notre colère. Nous sommes de nouveau disparus dans la nuit sans laisser de traces, ne laissant dans notre sillage que des éclats de verre tombant et quelques spectateurs ébahis. Espérons que ces témoins repartirons avec le sentiment qu’il y a une résistance croissante et de la colère envers la marchandisation de chaque parcelle de terrain en cours. La terre, qui, croyons-nous, appartient à tout le monde, quelles que soient les barrières socialement imposées de race, sexe, capacité, valeur économique considérée, ou toute autre construction utilisée pour diviser et opprimer dans la société patriarcale d’aujourd’hui.
Continue reading »

from anarchistnews

Overnight, another blow was struck against the ongoing social war against the poor in the city of Toronto. The presentation center of another new boutique loft development in the heart of downtown had it’s windows smashed and front, signage and designer display kitchen paintbombed as another small gesture of our rage. We again disappeared with no trace into the night, leaving only the falling shards and a few stunned onlookers in our wake. Hopefully these witnesses will leave with a sense that there is growing resistance to, and anger towards, the ongoing commodification of every available piece of land. Land, which, we believe, belongs to everyone, regardless of the societally imposed barriers of race, gender, ability, deemed economic worth, or any other construct used to divide and oppress within today’s patriarchal society.
Continue reading »

from 325

In the early hours of the morning we struck another small blow against the mechanisms of capital. The street level of one of the many new condo developments under construction in the city, containing building supplies as well as the architectural plans for the building, was smashed and then set ablaze as a small gesture of our rage. Our anger is directed both towards the continuing, and celebrated, gentrification within the city, and the ongoing imprisonment of anarchist comrades around the world.
Continue reading »

anticopyright
Ⓐ 2011 SABOTAGEMEDIA a customized Suffusion theme